Programmation Swift : iOS Developer Notes For Professionals

ios Dev Pros

Voici mon nouveau livre de chevet : iOS Developer Notes for Professionals !

Je crois que tout le langage Swift est abordé dans ce livre ! Cela va de la création toute simple d’une UIView au parsing de JSON, tout en passant par l’usage de des frameworks les plus utilisés (Fastlane…) et des designs paterns (MVC, MVVM…).

Bref, le top du top pour le développeur Swift !

Bon, finalement, le lire avant de s’endormir n’est pas forcément la meilleure idée, mais c’est le genre de livre à garder impérativement sous la main toute la journée de développement !

En plus, il est gratuit !

A télécharger (sans modération) ici :

iosDeveloperBook

Mise à jour de l’application mobile « Mes Animaux et Moi » !

rubber-stamp-1560308_1280

6 mois sans updates, c’est vrai que l’application « mes animaux et moi » prenait un peu la poussière…

C’est maintenant chose faite !

Screenshot1FRiphoneX

Pour cette fois, pas de mise nouvelles fonctionnalités (mais promis, je réserve une surprise pour la prochaine update…).

L’application est maintenant optimisée pour les nouveaux iPhones XR et XS, ainsi que pour le nouvel iPad Pro.

Quelques corrections de bugs mineurs, mais surtout un gros refactoring du code, un passage en Swift 4.2 et une migration de la base de donnée cloud sur Firebase 5.

Tout cela apporte une diminution de la taille de l’application, tout en améliorant ses performances globales sur des devices relativement anciens.

Bref, ce n’est pas forcément visible sur l’UI, mais un gros travail d’optimisation à été réalisé sur l’appli. Elle est prête à affronter 2019 et ses futures mises à jour !

Retrouvez « Mes animaux et moi » sur l’App Store :

download_on_the_app_store_badge_us-uk_135x40

Tutoriel Swift : la gestion des entrées utilisateurs sur une Apple Watch

ES-WatchOS

Comment récupérer une entrée utilisateur personnalisée (ex : un nom de fichier, un message…) sur une Apple Watch qui, comme vous l’avez sans doute constaté, ne possède pas de clavier ?

 

En fait, une fois de plus, c’est quelque chose de très simple à réaliser en Swift.

L’application Apple Watch que je vous propose en démo est très basique : lorsque l’utilisateur appuie sur le bouton « Get input », une liste de phrases pré-définies lui est proposée. En cliquant sur le micro, on lui propose de prononcer sa propre phrase. Celle-ci est ensuite récupérée et affichée dans un label.

Voici l’appli terminée :

 

Allez, on plonge…

Lire la suite

Développement mobile : API or not API, that is the question…

API _ Application programming interface

Sous ce titre un peu… provocateur (la chaleur de ce mois d’août y est peut-être pour quelque chose 🙂 ), j’ai décidé de vous partager différentes ressources en ce qui concerne les APIs et Librairies que j’utilise ou suis susceptible d’utiliser pour mes développement d’applications mobiles.

Cet article est bien sûr destiné à être mis à jour régulièrement, donc n’hésitez pas à (re)venir y jeter un oeil de temps en temps !

Lire la suite

Programmation: La Cathédrale et le Bazar

cathedral_bazaar

Je profite du relâchement (relatif) du mois d’août pour me remettre un peu à la lecture… de livres ayant trait à l’informatique vous vous doutez bien 😉

Premier de la liste : La Cathédrale et le Bazar, d’E.Raymond.

C’est impressionnant comme un essai paru en 1999 peut être par beaucoup de cotés à la fois précurseur et d’actualité !

Voici le résumé tiré du site verbiage.fr :

 »

Eric Steven Raymond est un informaticien américain oeuvrant dans le monde du logiciel libre à qui l’on attribue la création du terme « open source ». En 1999, il diffuse un essai devenu depuis une référence dans le monde du logiciel libre « The Cathedral and the Bazaar » (La cathédrale et le bazar).

Eric Raymond y oppose les modèles de développement des logiciels libres à ceux appliqués aux logiciels propriétaires.

Rédigé par un informaticien, évoquant le développement d’outils informatique, il n’est que peu souvent cité comme ouvrage de référence de Management. Pourtant, Eric Raymond développe sans prétention une analyse mettant en évidence la supériorité d’un modèle d’organisation basé sur la transparence et la collaboration.

C’est ici qu’apparaît, à mon sens, le principal point commun avec l’ouvrage de Vineet Nayar. Ils posent tous les deux les principes d’une organisation déstructurée favorisant l’initiative, l’efficacité et la créativité.

Par opposition aux organisations managériales traditionnelles dits de « type cathédrale » marquées par une hiérarchie, une structure forte, Eric Raymond présente le modèle du logiciel libre basé sur le collaboratif, le volontariat, la transparence. Tout est ouvert, tout est accessible, tout est transparent, une organisation à la fois horizontale et verticale : un bazar. Ici le responsable se fait davantage coordonnateur.

Contrairement aux apparences le modèle bazar n’est pas l’anarchie. Il est au contraire structuré par ses propres règles de fonctionnement, basées sur la souplesse, la rapidité et les échanges permanents entre contributeurs.

Au delà de l’éloge d’un type de management différent, que l’on pourrait juger plus où moins adapté à tel ou tel type d’entreprise, sont évoqués ici les thèmes essentiels dans la gestion de projet et dans la gestion des hommes que sont la motivation et la créativité.

L’organisation doit permettre de ne pas perdre de vue l’objectif visé, de mettre en cohérence les travaux de chacun, sans être un carcan limitant l’initiative et la créativité.

Les axe essentiels sont la motivation « tout bon logiciel commence par gratter un développeur là où ça le démange », la compétence (ici des développeurs), la transparence, mais aussi enfin et surtout une relation permanente avec les utilisateurs « traiter vos utilisateurs en tant que co-développeurs est le chemin le moins semé d’embûches vers une amélioration rapide … ».

Une démarche itérative de correction des bugs orientée client qui, en définitive, donne au bazar la charpente nécessaire à sa réussite, son but ultime : satisfaire l’utilisateur final.

Les succès de Linux, Wikipedia, la fondation Mozilla et son célèbre navigateur Firefox, l’émergence de start up devenues depuis des multinationales (Google…), sont les signes qu’un management différent est en train de s’imposer. De plus en plus d’entreprises « cathédrales » se laissent en effet peu à peu tenter par l’esprit « bazar ».

 »

A lire ou à relire, sur la plage ou ailleurs…

Ayant eu quelques difficultés à trouver la version epub pour ma liseuse, je vous mets en téléchargement les fichiers pdf et epub :

cathedrale-bazar.pdf

cathedrale-bazar.epub

Bonne lecture à tous, et si vous avez des suggestions pour le blog, n’hésitez pas à les mettre en commentaires !

Tutoriel Swift : le mot-clé guard

GuardOrIf

Je ne sais pas pour vous, mais il m’a fallu un moment pour comprendre à quel moment il était préférable d’utiliser le mot clé « guard » à la place du couple « if / else » en programmation Swift.

En fait, c’est comme tout, lorsque l’on à compris… c’est hyper simple ! Mais avant 😦

Donc, la différence entre « if » et « guard » est un peu subtile, mais la voici : « guard » doit être utilisé lorsque une donnée doit être présente pour la bonne exécution de la fonction.

Bon, dit comme cela, c’est encore un peu flou, alors voici un petit exemple :

guard.png

Ici, il est nécessaire que les champs « name », « address » et « phone » soient remplis pour pouvoir exécuter la fonction « sendToServer ». Sinon, on affiche un message et on sort de la fonction (return). On aurait bien sûr pu faire la même chose avec des « if/else », mais avouez que cela aurait certainement eu un impact négatif sur la taille et la lisibilité du code !

En fait, on s’aperçoit vite qu’une grande partie des « if / else » peuvent êtres avantageusement remplacés par des « guard » ! Cela nécessite un peu d’entrainement au début (il faut réfléchir « à l’envers »), mais cela améliore nettement la lisibilité du code !

Donc, maintenant, plus de prétexte pour planter (dans vos codes…) des forêts d’Ifs !