Geocoding et Reverse Geocoding en Swift

Geocoding

Comment obtenir une adresse à partir de coordonnées géographiques ? Et comment obtenir les coordonnées géographiques à partir d’une adresse ?

Voici (un des) problèmes auxquels je me suis frotté pour la réalisation de l’application KayakTracker…

Et cela se nomme le géocodage et le géodécodage (geocoding et reverse geocoding). Une recherche Google montre que cela est réalisable entre autres grâce à leur API Maps…

Mais Apple à également pensé à nous, et c’est cette méthode que je vais vous présenter.

Comme d’habitude, je m’appuie sur une petite application « POC » qui, une fois terminée, donnera cela :

Motivés ? C’est parti !

Lire la suite

Soulageons la planète : programmons mieux !

Plaidoyer pour de meilleurs logiciels

Cette semaine, pas d’article technique (quoi que…), mais plutôt un partage : l’excellent article de Nikita trouvé sur son blog tonsky.me à propos de l’obésité informatique : http://tonsky.me/blog/disenchantment/

Ne vous êtes jamais demandé pourquoi il fallait toujours plus de puissance à nos ordinateurs pour effectuer grosso-modo les mêmes tâches?

Windows 95 était à l’aise avec 30 Mo de Ram, Windows 10 veut 4 GO… quasiment 133 fois plus… Est-il pour autant 133 fois meilleur ?

Comment se fait-il qu’il faille 15 mn pour l’installer sur une machine, et 30 mn pour qu’il se mette à jour sur la même machine ?

L’affichage d’une page web nécessite de plus en plus de puissance… mais avons nous vraiment gagné en ergonomie et en confort pour autant ? Quand on voit ce qu’est devenu Facebook, on peut légitimement se poser la question.

La moindre application iOS ou Android crée des centaines de fichiers avant même que nous ayons écrits la première ligne de code !

Peut être que le temps du programmeur coûte plus cher que le temps machine… en Euros ou en Dollars. Mais a-t-on pensé au coût écologique de milliards de machines gaspillant des ressources ?

Je pense qu’il est de notre devoir en tant que développeur de créer du code non seulement ré-utilisable et facilement débogable, mais aussi et surtout efficace et optimisé !

Bref, du code écologiquement responsable !

 

 

API Charts tutoriel

Swift Charts Tutoriel

Je reprend la petite application utilisée pour le tutoriel sur HealhtKit afin de vous donner un aperçu des innombrables possibilités de l’API Charts.

L’API Charts à été développée par Daniel Gindi et peut être téléchargée sur Github. L’idée est de faciliter la vie des développeurs iOS / Swift pour la création de graphiques. Grâce à Charts, vous pouvez facilement créer des diagrammes, des courbes, des graphiques en barres, et plein d’autres types de graphiques pour représenter de manière visuelle des données.

C’est un peu un Excel pour développeurs. Par contre, tout comme celui-ci, l’utilisation nécessite un certain apprentissage, mais vous verrez, cela en vaut la peine !

Voici à quoi nous allons arriver :

HeartStatisticsWithChars.jpeg

Prêts ? C’est parti…

Lire la suite

HealthKit tutoriel : récupérer des données cardiologiques en Swift grâce à l’iPhone

Düsseldorf graphic Design Institute(1)

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas publié de nouveaux tutoriel. Celui que je vous propose aujourd’hui est à la fois un tuto et une POC, qui va nous permettre d’aborder un gros morceau : HealthKit

Voici à quoi ressemblera notre appli terminée :

heartStatisitcs

 

HealthKit : Késako ?

Lire la suite

API or not API, that is the question…

API _ Application programming interface

Sous ce titre un peu… provocateur (la chaleur de ce mois d’août y est peut-être pour quelque chose 🙂 ), j’ai décidé de vous partager différentes ressources en ce qui concerne les APIs et Librairies que j’utilise ou suis susceptible d’utiliser pour mes développement d’applications mobiles.

Cet article est bien sûr destiné à être mis à jour régulièrement, donc n’hésitez pas à (re)venir y jeter un oeil de temps en temps !

Lire la suite

React Native : je continue mes essais !

Ma première application mobile React Native

Comme je l’avais évoqué ici, je m’intéresse au développement cross platform, et plus particulièrement à la prometteuse technologie React Native.

Et, grâce au super cours d’Open Classroms, (un giga merci à eux), j’ai pu, après beaucoup de transpiré du cerveau, avoir la joie de faire fonctionner ma première application React Native !

Bon, ce n’est pas grand chose, un petit pas dans Javascript, mais un grand pas pour moi !

Lorsque Microsoft à proposé gratuitement Visual Studio et Xamarin, j’avais déjà tenté la programmation cross platform… et n’avais pas été très enthousiasmé : courbe d’apprentissage rude à mon goût, passage en langage natif tôt ou tard incontournable, temps de compilation ++ …

Mais là, j’ai été bluffé ! J’ai eu un coup de foudre technologique 🙂

La technologie est encore jeune, c’est clair, et je ne suis pas prêt de l’utiliser de manière professionnelle, mais c’est vraiment prometteur !

Le plus bluffant est l’absence de la phase de compilation (merci Javascript) : le résultat d’un changement du code est visible immédiatement sur le device ou la MV (merci Expo). Impressionnant.

Pour le debug, pour le moment, je ne suis pas vraiment à l’aise… Comme « IDE », j’utilise « Atom« , et je n’en ai pas encore exploré toutes les possibilités.

Niveau apprentissage, c’est clair que j’ai du boulot ! Je suis pas près d’être aussi performant qu’en Swift ! Mais ce n’est pas le but pour le moment. De toutes façons, je n’ai pas trouvé comment faire d’appli pour l’Apple Watch alors…

Pour les curieux, voici le code source sur FramaGit (soyez tolérants, c’est mon premier programme en JS :

https://framagit.org/VinceBar/MoviesAndMe.git

Et comme d’habitude, si vous avez des questions, suggestions… commentez !

Quant à moi, je sens que je vais passer quelques we à faire du React Native !

 

Programmation Swift : le mot-clé guard

GuardOrIf

Je ne sais pas pour vous, mais il m’a fallu un moment pour comprendre à quel moment il était préférable d’utiliser le mot clé « guard » à la place du couple « if / else » en programmation Swift.

En fait, c’est comme tout, lorsque l’on à compris… c’est hyper simple ! Mais avant 😦

Donc, la différence entre « if » et « guard » est un peu subtile, mais la voici : « guard » doit être utilisé lorsque une donnée doit être présente pour la bonne exécution de la fonction.

Bon, dit comme cela, c’est encore un peu flou, alors voici un petit exemple :

guard.png

Ici, il est nécessaire que les champs « name », « address » et « phone » soient remplis pour pouvoir exécuter la fonction « sendToServer ». Sinon, on affiche un message et on sort de la fonction (return). On aurait bien sûr pu faire la même chose avec des « if/else », mais avouez que cela aurait certainement eu un impact négatif sur la taille et la lisibilité du code !

En fait, on s’aperçoit vite qu’une grande partie des « if / else » peuvent êtres avantageusement remplacés par des « guard » ! Cela nécessite un peu d’entrainement au début (il faut réfléchir « à l’envers »), mais cela améliore nettement la lisibilité du code !

Donc, maintenant, plus de prétexte pour planter (dans vos codes…) des forêts d’Ifs !