Deep Learning avec TensorFlow

Ce qu’il y a de bien avec le confinement, c’est que les week-ends semblent durer plus longtemps ! Du coup, cela me laisse le temps de me cultiver !

Le dernier livre en date, « Deep Learning avec TensorFlow », est en fait la suite du livre « Le Machine Learning avec Python », dont je parle ici.

Pour celleux qui ne seraient pas encore trop au clair avec les notions de Machine Learning (ML), Deep Learning, Intelligence Artificielle (AI), voici un petit résumé des épisodes précédents 🙂

Les débuts de l’Intelligence Artificielle remontent assez loin, on cite souvent Alan Turing dans les années 1950. Elle désigne tous les traitements automatisés que l’on retrouve en Industrie (automates) et en informatique (logiciels). Là, je sens que j’ai cassé un mythe…

En fait, dans l’imaginaire collectif, AI désigne surtout une Intelligence Artificielle Forte (AGI), qui serait totalement autonome et auto-apprenante. Hélas (?), cela n’existe pas encore à l’heure où j’écris ces lignes – a priori – 😉

Le Machine Learning, c’est déjà plus glamour, car là, ce sont les machines qui « apprennent par elles-mêmes ». Attention cependant, tout cela est basé sur des mathématiques, des statistiques, il n’y a donc pas d’AGI ni de miracle derrière tout cela, seulement beaucoup d’intelligence humaine. On utilise des modèles de type régression, Naïve Bayes, clustering, arbres de décision, random Forest…

Le deep learning enfin fait partie du ML, mais fait appel à des réseaux de neurones. Elle fonctionne par bio-mimétisme : la machine essaye de reproduire le mécanisme de notre cerveau ! Il est apparu il y a 10 ans environ, notamment dans la reconnaissance d’images ou de langage naturel.

On en vient alors à TensorFlow !

TensorFlow est un outil d’apprentissage automatique développé par Google, il est open source et basé sur Google Brain.

Du coup, on parle de Deep Learning, donc de réseaux de neurones.

Après une courte (ré)-introduction aux concepts de base du ML, ce livre fait donc une introduction aux réseau de neurones artificiels et à leur entrainement.

Il aborde successivement les réseaux de neurones convolutifs, les réseaux de neurones récurrents, les autoencodeurs et enfin l’apprentissage par renforcement.

Perso, plus j’avance dans mon apprentissage du ML, plus j’ai l’impression que l’on se rapproche des méthodes d’apprentissages que l’on utilise avec nos animaux domestiques. L’apprentissage par renforcement, qui utilise les récompenses, en est un exemple. Même si bien sûr nous sommes encore loin, pour le moment, de la complexité d’un cerveau animal. Mais cela à toujours un coté « magique » 🙂 !

En tous cas, je suis de plus en plus captivée par le ML, et si vous aussi vous avez envie d’approfondir le sujet, ce livre est fait pour vous !

En attendant, n’hésitez pas à laisser des remarques / commentaires si vous en avez !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.