La genèse d’Internet

Mad-scientist-with-nothing-800px

Internet : la préhistoire

04/10/1957 Spoutnik, un lanceur Soviétique, met en orbite terrestre le premier satellite artificiel du monde. Moins de cent kilogrammes réduisent à néant, en quelques heures, la confiance de l’Amérique, et la plongent dans la peur perpétuelle d’une destruction massive.

Les Russes prennent alors une avance technologique décisive.

Au coeur de cette crise, le président Eisenhower crée l’ARPA, un organisme de recherches devant garantir, en réunissant le meilleur des scientifiques de tout le pays, que l’Amérique ne sera plus jamais prise au dépourvu.

A l’origine orientée recherche spatiale et missiles intercontinentaux, celle-ci se recentre, après la création de la NASA, sur la recherche fondamentale et les projets spéciaux.

Automne 1962, J.C.R. Licklider psychologue et passionné d’ordinateurs, entre à l’ARPA.

A l’époque, les ordinateurs étaient des monstres qui prenaient à eux seuls une ou plusieurs pièces, et avaient pour nom Mark I, ENIAC, Univac ou TX-2 – ce dernier entrant dans la catégorie des mini ordinateurs -. L’ordinateur personnel, tel que nous l’utilisons aujourd’hui, n’était même pas un rêve.

Tous les ordinateurs étaient situés sur des lieux géographique différents, éloignés de plusieurs centaines de kilomètres, utilisaient des systèmes d’exploitations différents, nécessitaient une maintenance continuelle, et devaient êtres programmés en un langage propre à chacun avant de sortir une quelconque information valide.

Par exemple, dans le bureau de Licklider, trônaient 3 terminaux. Un était relié à Santa Monica, Californie, un à Berkeley et un au MIT. Pour lui, les problèmes à résoudre étaient évidents :

« Pour chacun de ces trois terminaux, j’avais trois jeux différents de commandes. Si bien que si j’étais en train de parler en direct avec quelqu’un chez SDC et que je voulais discuter de ça avec quelqu’un que je connaissais à Berkeley ou au MIT, il fallait que je me lève de devant le terminal S.D.C., que j’aille m’enregistrer sur l’autre terminal afin d’entrer en contact avec eux.

Je me suis dit, hé, mec, ce qu’il me reste à faire est évident : au lieu d’avoir ces trois terminaux, il nous faut un terminal qui va partout où tu veux et où il existe un ordinateur interactif. Cette idée était l’ARPAnet. — Robert Taylor, co-auteur avec J.C.R. Licklider de The Computer as a Communications Device, »

Comment faire de cet objectif une réalité ?

C’est ici qu’intervient une notion fondamentale : la communication numérique.

Leonard Kleinrock, du MIT, théorise alors la transmission de données par paquets. Reprise et mise en oeuvre par Paul Baran et Donald Davis, cette méthode propose un découpage des messages lors de leur transmission. L’émetteur peut ainsi transmettre son message de manière discontinue, par différentes voies, et celui-ci est reconstruit à l’arrivée par le récepteur. Ce sont les fondements de la communication numérique, de l’Internet moderne.

En 1966, l’agence ARPA accepte de financer un projet de réseau décentralisé, basé sur la communication par paquets, reliant les universités en contrat avec elle. Opérationnel en septembre 1969, ce réseau se nomme ARPANET. Il est considéré comme l’ancêtre d’Internet. Notons que même si, de par son modèle décentralisé et l’origine de ses financements, ce réseau pouvait théoriquement survivre à une attaque nucléaire, il n’a dans les faits, jamais été utilisé à des fins militaires. L’ARPANET était avant tout un réseau de scientifiques.

Mars 1972 : Ray Tomlinson met au point le premier courrier électronique dans sa forme moderne, en utilisant le « @ » pour séparer le nom de la résidence du destinataire. Le mail est né. Premier mail échangé : « QWERTY »…

Conçu à la base pour réaliser des taches « basiques » : échanger des fichiers entre ordinateurs distants, ouvrir une cession à distance, puis un peu plus tard échanger des mails, ARPANET est devenu rapidement un succès et de nombreux centres universitaires se connectent au réseau. Cela deviendra le plus grand réseau expérimental du monde, qui donnera naissance aux principales applications qui composent aujourd’hui Internet. Plus de 20 ans après sa création, le projet ARPANET fut définitivement arrété en 1990.

Voilà, les bases sont posées, mais maintenant, pour bien comprendre la communication numérique, et donc par extension la problématique moderne du référencement, il est nécessaire d’aborder la notion capitale de routage et de protocole. C’est ce que nous étudierons dans les futurs articles de cette série sur la naissance d’Internet.

Une réflexion sur “La genèse d’Internet

  1. Pingback: Faire communiquer des ordinateurs… Oui mais comment ? | Pour quelques lignes de plus...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s